• Jean Marie Pelt, Né le 24 Octobre 1933, Scorpion ascendant Scorpion

     

     

       Jean Marie Pelt, Né le 24  Octobre 1933, Scorpion ascendant Scorpion

     

     

    Citations de l'auteur

    La Loi de la jungle, L’agressivité chez les plantes, les animaux, les humains

    L'agressivité compromise, régulée, maîtrisée, et voici que la joie revient. Non à la faillite de l’amour !

     

    Dans la rue, un cycliste passe, puis un second. Aucun engin motorisé. Il fait un temps somptueux, le soleil est éclatant. Serait-ce une de ces « journée sans voiture »?
    Deux enfants coiffés d’un bonnet à pompom jouent sur le trottoir avec un caniche.
    Il regarde Viviane. Elle respire doucement.
    Et toujours ce silence inhabituel, cet étrange silence…
       Ce pourrait-il que…?

     

    La Solidarité chez les plantes, les animaux, les humains[modifier]

    Une interprétation, fort discutable, de l’œuvre de Darwin a imposé la compétition et la lutte comme moteurs de la vie, aussi bien dans la nature que dans la société. Or la nature met en œuvre d’innombrables systèmes de symbiose et de solidarités, qui ont joué un rôle déterminant dans l’évolution biologique et sans lesquels il serait impossible de comprendre le fonctionnement des écosystèmes : le lichens comme les coraux sont des êtres doubles où chacune des parties rend services à l’autre. […] La mise en place de nouveaux mécanisme de solidarité sera pourtant absolument nécessaire pour assurer demain un emploi à tous, mais aussi pour sauver la planète des menaces grandissante que notre mode de développement fait peser sur elle.

     

    Le système libéral peut-il respecter le « droit de nature », ce fameux jus naturale respectueux de la liberté de chacun, tout en préservant l'ensemble de ses besoins vitaux ? Il est manifeste que le libéralisme prive de ce droit les générations futures, et, dès à présent, les peuples et les individus les plus pauvres. Or une organisation sociale n'est acceptable que si elle ne contraint pas ses membres à renoncer à leur « droit de nature » au profit de quelques-uns. Les notions de profit et de lutte économique devront faire place à des concepts tels que réciprocité, mutualisme, réconciliation. Seule une exigence éthique unanimement partagée permettra de préserver durablement, pour tous, la liberté et la paix.

    • La Solidarité chez les plantes, les animaux, les humains, Jean-Marie Pelt, éd. Fayard, 2004, chap. Du libéralisme au mutualisme, p. 169

     

    Heureux les simples

    Il n’est pas interdit à un écologiste botaniste de regarder au-delà de ses horizons scientifiques et professionnels, à une époque où la transdisciplinarité est si à la mode et où pourtant la science n’a jamais été aussi enfermée dans le cloisonnement de ses disciplines.

     

    Les langage secrets de la nature

    Fibonacci fut le plus grand mathématicien du XIIIè siècle. Sa série est célèbre, comme l’est aussi le fameux nombre d’or qui régit les proportions harmonieusement de la nature, mais aussi de l’architecture, soit 1,618.

    • Les langage secrets de la nature, Jean-Marie Pelt avec la collaboration de Franck Steffan, éd. Fayard, 1996  (ISBN 978-2-253-11435-9[à vérifier : ISBN invalide]), chap. 18, p. 231

     

    L’utilisation des plantes en thérapeutique remonte à la nuit des temps. Qu’il s’agisse d’usage externe ou interne, des dizaines de milliers de recettes et de formules nous sont parvenues, dont certaines ont donné naissance aux grands médicaments modernes. Mais les plantes, nous l’avons vu, ont plus d’un tour dans leur sac. Si l’horticulture a été hissée au rang d’une thérapeutique, les hommes ont de tout temps entretenu avec les arbres des liens privilégiés.

    • Les langage secrets de la nature, Jean-Marie Pelt avec la collaboration de Franck Steffan, éd. Fayard, 1996  (ISBN 978-2-253-11435-9[à vérifier : ISBN invalide]), chap. 20, p. 239

     

    L'homme re-naturé[modifier]

    Il paraît chaque jour plus évident que la croissance économique ne se poursuit qu’au prix d’une décroissance écologique, tout comme une tumeur cancéreuse ne s’alimente qu’au détriment de l’organisme qu’elle épuise : dans les deux cas, le bilan final est désastreux.

    • L’Homme re-naturé, Jean-Marie Pelt, 1977
    • « Hommage : Jean-Marie Pelt et les flambeaux de notre vie », Johannes Hermann, Revue Limite, 24 décembre 2015 (lire en ligne)

     

    Manifeste pour la beauté du monde

    C'est le sens de la beauté qui m'a conduit à l'écologie, et non pas, au départ, une réflexion, une analyse d'ordre intellectuel. L'intellect est venu après l'émotion. Cela s'est passé ainsi pour moi. Protéger l'environnement, connaître et comprendre son fonctionnement, d'accord ; mais, avant toute chose, contempler la beauté de la nature !

    • Manifeste pour la beauté du monde, Jean-Marie Pelt et sœur Marie Keyrouz, éd. Cherche Midi, coll. « Pour un monde meilleur », 2015  (ISBN 978-2-7491-4364-4), p. 18

     

    L'évolution de nos métiers agricoles illustre bien les méfaits sur l'humanité et sur la vie en général, et sur le quotidien en particulier, d'une hyper-technologisation croissante qui éloigne la société des hommes de la nature et des animaux et du monde végétal. Sans oublier que ce processus de généralisation de la technique se fait au détriment de ce qui est beau, sacré et porteur de valeurs humanistes.

    • Manifeste pour la beauté du monde, Jean-Marie Pelt et sœur Marie Keyrouz, éd. Cherche Midi, coll. « Pour un monde meilleur », 2015  (ISBN 978-2-7491-4364-4), p. 34

     

    C'est une intime conviction : les enfants sont entourés de moins de beauté que durant mon enfance. Le monde virtuel (Internet notamment, jeux vidéos, etc.) prend la place du monde réel, celui des relations humaines et celui de la nature. La société moderne abîme les enfants. C'est sur internet qu'ils apprennent la sexualité, confondue avec la pornographie. C'est sur internet qu'ils apprennent la religion, confondue avec le fanatisme. Je pourrais multiplier les exemples… Sans oublier l'impact de cette technicisation de l'existence sur la santé.

    • Manifeste pour la beauté du monde, Jean-Marie Pelt et sœur Marie Keyrouz, éd. Cherche Midi, coll. « Pour un monde meilleur », 2015  (ISBN 978-2-7491-4364-4), p. 74

     

    Certes, il y a des urgences dont il faut s'occuper, des décisions courageuses à prendre, sur le plan politique, économique, législatif. Mais il ne faudrait pas que cela se fasse au détriment des dimensions culturelles, éthiques, éducatives, imaginatives et spirituelles de l'écologie. Je le dis souvent dans mes interventions ; chez beaucoup d'environnementalistes, le lien est très fort entre l'urgence écologique et le catastrophisme. Or, le catastrophisme, comme pensée et comme attitude, est... catastrophique ! On ne peut réenchanter le monde, faire voir sa beauté, sur fond de peur. C'est l'inverse qu'il faut promouvoir, une écologie de la paix, une écologie de la justice, une écologie de la beauté.

    • Manifeste pour la beauté du monde, Jean-Marie Pelt et sœur Marie Keyrouz, éd. Cherche Midi, coll. « Pour un monde meilleur », 2015  (ISBN 978-2-7491-4364-4), p. 114/115

     

    Citations sur l'auteur

    Ainsi Jean-Marie Pelt, féru de botanique, de phytosociologie, de pharmacopée ancienne aussi, était-il par excellence naturaliste et écologiste de terrain : celui qui sait observer et comprendre le délicat et infini réseau que tisse le vivant autour de nous.

    • « Hommage : Jean-Marie Pelt et les flambeaux de notre vie », Johannes Hermann, Revue Limite, 24 décembre 2015 (lire en ligne)

     

    Dans ce réseau, il savait voir et comprendre d’innombrables relations bien plus complexes et positives que l’abrupte et brutale « lutte pour la vie » décrite par Darwin. La symbiose, la co-évolution, le commensalisme, les échanges, la coopération sont autant — voire davantage — présents dans la biosphère que la compétition sauvage. Pour Jean-Marie Pelt, la vision du monde vivant incomplète, amputée, qu’offre le darwinisme a modelé nos principes économiques, notre capitalisme : persuadés que le meilleur ne sort que de la compétition, nous avons jeté aux orties, comme de niais oripeaux, la solidarité, l’équité, l’assistance au plus faible et engendré un système sans merci, devenu fou et barbare.

    • « Hommage : Jean-Marie Pelt et les flambeaux de notre vie », Johannes Hermann, Revue Limite, 24 décembre 2015 (lire en ligne)

     

    Scientifique, Jean-Marie Pelt était aussi chrétien. Et sa vie durant, il a lutté contre la stérile opposition science-foi, tout comme il a réfuté l’accusation tarte à la crème de Lynn White, qui voyait dans le christianisme la source de tous les maux écologiques. Il fondait son combat dans la science, mais réfutait le scientisme matérialiste, où il voyait une dérive dangereuse et totalement infondée. Non seulement les chrétiens n’étaient pas moins écologistes que les autres, mais même ils se devaient de l’être davantage.

    • « Hommage : Jean-Marie Pelt et les flambeaux de notre vie », Johannes Hermann, Revue Limite, 24 décembre 2015 (lire en ligne)

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

    Jean-Marie Pelt

    Naissance 24 octobre 1933
    Rodemack (France)
    Décès 23 décembre 2015 (à 82 ans)
    Metz (France)
    Nationalité Drapeau de France Français
    Domaines Pharmacie, botanique, écologie, ethnopharmacologie

    Jean-Marie Pelt, né le 24 octobre 1933 à Rodemack en Moselle et mort le 23 décembre 2015[1] à Metz[2], est un pharmacien, biologiste, botaniste et écologue[3] français, professeur agrégé puis professeur honoraire des universités en biologie végétale et pharmacognosie. Il fut maire-adjoint de Metz, ville où il présidait l’Institut européen d’écologie, une association de recherche et de promotion de l'écologie notamment en milieu urbain[4]. Il fut aussi chroniqueur radio.

     

     

    Biographie

     Carrière universitaire

    Jean-Marie Pelt est docteur en pharmacie en 1958, il complète sa formation à la faculté des Sciences, puis commence en 1962 une carrière de professeur de botanique, de biologie végétale, de matière médicale et de cryptogamie à la Faculté de Pharmacie de Nancy[5]. Il enseigne ensuite à partir de 1972 la botanique et la physiologie végétale à la Faculté des Sciences de l’université de Metz[3].

    Il effectue de nombreuses missions scientifiques à l’étranger. Durant l’été 1967 il voyage pour l’Office de la recherche scientifique et technique outre-mer (ORSTOM) à Lomé au Togo où il participe à une étude des pharmacopées traditionnelles[6]. Il est envoyé également en Afghanistan en 1964 et 1967 par le ministère des Affaires étrangères et le CNRS et consacre de nombreuses publications scientifiques à l'écologie végétale et aux pharmacopées traditionnelles de ce pays.

    Il fut président d’honneur de la Société française d'ethnopharmacologie[3].

    Il fut professeur honoraire de l’université Paul-Verlaine (Metz).

    Convictions et engagements[modifier | modifier le code]

    Pour sa commune[modifier | modifier le code]

    Entre 1971 et 1983, il est membre du conseil municipal de la ville de Metz et occupe le poste de maire-adjoint. Il joue un rôle dans la sauvegarde du centre historique de la ville[4]. En plein accord avec Jean-Marie Rausch, le maire de l'époque, on lui doit le plan d'eau, l'affectation du cloître Saint-Clément à la région Lorraine, la restauration du cloître des Récollets, de l'église Saint-Pierre-aux-Nonnains, du musée de la Cour d'Or et enfin la restauration des quartiers des Roches, des Piques et des Tanneurs.

     En faveur de l'environnement

    « Il paraît chaque jour plus évident que la croissance économique ne se poursuit qu’au prix d’une décroissance écologique, tout comme une tumeur cancéreuse ne s’alimente qu’au détriment de l’organisme qu’elle épuise : dans les deux cas, le bilan final est désastreux. »

    — Jean-Marie Pelt, L’Homme re-naturé, 1977

    L'environnement le préoccupe depuis longtemps. Il fonde en 1971[7], à Metz, l’Institut européen d’écologie, qu’il préside jusqu'à sa mort.

    Il s’oppose aux organismes génétiquement modifiés (OGM) et cofonde en 1999 avec Corinne Lepage et Gilles-Éric Séralini[8] le Comité de recherche et d'information indépendantes sur le génie génétique (CRIIGEN)[9]. Il en est le secrétaire général.

    Défenseur de l'agriculture biologique, il est très sollicité par les médias sur les problèmes de sécurité alimentaire ou encore sur l’impact des pesticides sur l'environnement et la santé[10].

    Jean-Marie Pelt est une personnalité connue du grand public, grâce notamment à ses nombreuses émissions et documentaires pour la télévision, comme L’Aventure des plantes, ses interventions à la radio, ses multiples ouvrages, sur l’histoire des plantes, l’évolution, l’écologie, ou encore ses conférences[11].

    Il préside la Fondation européenne de recherche sur l'éducation et l'écologie de la personne et de ses applications sociales (FEREEPAS, délégué général : Franck Steffan).

    Il fut membre du comité scientifique de l’Agence de l’eau Rhin-Meuse et du Comité 21 et ambassadeur bénévole de l'environnement de l'Union européenne. Il fut le parrain du groupe de construction écologique Ecologgia[12] et du projet Frontière de Vie en Amazonie équatorienne.

    Jean-Marie Pelt s'est intéressé aux travaux de Joël Sternheimer lors d'un procès où celui-ci témoigna sur la corrélation entre l'ESB et l'éradication du varron[13]. Il qualifie dans une interview[réf. souhaitée] sur YouTube celui-ci de véritable génie, bien que d'autres avis soient beaucoup plus réservés, et parfois même hostiles[14].

    Foi et sciences[modifier | modifier le code]

    Petit-neveu de Jean-Baptiste Pelt (1863-1937), 102e évêque de Metz, le catholique Jean-Marie Pelt déplore le fait que l’augmentation de la culture scientifique se traduise par une diminution de la foi et regrette que l’enseignement du darwinisme passe par le postulat de l’athéisme. Il condamne tout autant le créationnisme. Selon lui, science et foi sont deux domaines différents, la première lui permet de comprendre la nature, et sa « foi répond aux questions ultimes[15] ». Jean-Marie Pelt a été fortement influencé dans sa vie par la personnalité de l'un des pères de l'Europe, Robert Schuman, dont il fut l'ami et le protégé à Scy-Chazelles en Moselle. Cette partie méconnue de la vie de Jean-Marie Pelt peut se découvrir dans le film réalisé en 1995 pour France 3 Nancy "Robert Schuman, le musicien de l'Europe" par Pierre De Greef et Malek Kélou.

    « Il n’est pas interdit à un écologiste botaniste de regarder au-delà de ses horizons scientifiques et professionnels, à une époque où la transdisciplinarité est si à la mode et où pourtant la science n’a jamais été aussi enfermée dans le cloisonnement de ses disciplines. »

    — Jean-Marie Pelt, Heureux les simples, 2011

    Il estime que Le livre de la Genèse ne doit pas être lu comme un texte scientifique, une vérité, mais doit au contraire être considéré comme un mythe fondateur où c'est la morale qui importe[16].

    « Seule une exigence éthique unanimement partagée permettra de préserver durablement, pour tous, la liberté et la paix. »

    — Jean-Marie Pelt, La Solidarité chez les plantes, les animaux, les humains, 2004

    « L'agressivité, régulée, maîtrisée, et voici que la joie revient. Non à la faillite de l’amour ! »

    — Jean-Marie Pelt, La Loi de la jungle, L’agressivité chez les plantes, les animaux, les humains, 2003

    Distinctions et honneurs[modifier | modifier le code]

    Il obtient en 1978 le grand prix des lectrices de Elle.

    L'Académie française lui remet en 1982 le prix Nicolas-Missarel pour son livre La Médecine par les plantes et en 1984 la médaille d’argent du prix Antoine-Girard pour Drogues et plantes magiques[17].

    En 2006, l’Académie des sciences morales et politiques lui remet le prix Édouard Bonnefous pour son œuvre consacrée à la défense de l'environnement[17].

    Jean-Marie Pelt a été nommé chevalier de l'ordre national de la Légion d'honneur le 24 mai 1995 et officier le 13 juillet 2005[18].

    Jean-Marie Pelt a été nommé officier de l'ordre national du Mérite le 11 décembre 1989 et commandeur le 15 novembre 1997[18].

    À l'occasion de ses 80 ans, un colloque sur le thème de l'amitié et de la solidarité est organisé le 24 octobre 2013 à Metz[19].

    Le Festival Sciences et Fictions, qui s'est tenu Conservatoire des ocres et pigments appliqués à Roussillon du 1er au 3 avril 2016, lui rendait hommage : Jean-Marie Pelt était un habituel intervenant de ce Festival, ainsi que plusieurs personnes de son entourage[20].

    Hommages toponymiques[modifier | modifier le code]

    Un square Jean-Marie Pelt a été inauguré à Thionville le 17 septembre 2016[21].

    Le jardin botanique du Montet, à Nancy, a été rebaptisé Jardin botanique Jean-Marie Pelt à l'occasion de la cérémonie du 23 avril 2016[22] en son honneur. Le Parc de la Seille à Metz a été rebaptisé Jardins Jean-Marie Pelt à sa mort.

    Les collèges d'Hettange-Grande et de Volmerange-les-Mines (Moselle) portent son nom.

    L'école élémentaire de Rodemack, village où il est né, porte son nom.

    Publications[modifier | modifier le code]

    Grand public[modifier | modifier le code]

    Scientifiques[modifier | modifier le code]

     Émissions télévisées[modifier | modifier le code]

    Ces deux séries sont disponibles sur le site internet de l’Ina ;

     Émissions de radio[modifier | modifier le code]

    • Les Plantes médicinales (France Inter, 1981)
    • Histoires de plantes (France Inter, 1985-1987)
    • Chroniques écologiques (RTL, 1990-1992)
    • Nous n’avons qu’une terre (Radio France internationale, 1995-1996)
    • Hexagonale Poursuite - chronique (France Inter, 1996-2000)
    • Chassé croisé - chronique (France Inter, à partir de septembre 2000)
    • CO2 mon amour - chronique (France Inter, depuis septembre 2002)

    Bibliographie[modifier | modifier le code]

     Notes et références[modifier | modifier le code]

    1. « Le biologiste Jean-Marie Pelt est mort » [archive], sur Le Monde.fr, Le Monde, 23 décembre 2015 (ISSN 1950-6244, consulté le 24 décembre 2015).
    2. Patrice Costa, « La mort d’un pèlerin de l’écologie » [archive], sur estrepublicain.fr, 24 décembre 2015 (consulté le 25 décembre 2015)
    3. a, b et c « Biographie » [archive], sur http://www.ethnopharmacologia.org [archive] (consulté le 6 avril 2013).
    4. a et b on pourra consulter le site de la Ville de Metz. [archive].
    5. Voir sa « Biographie » [archive], sur http://www.centrejeanmariepelt.com [archive] (consulté le 6 avril 2013).
    6. Voir sa « Biographie (Voir partie missions) » [archive], sur http://www.centrejeanmariepelt.com [archive] (consulté le 6 avril 2013).
    7. « Présentation de l'Institut européen d'écologie » [archive], sur http://www.ethnopharmacologia.org [archive] (consulté le 6 avril 2013).
    8. On pourra consulter le CV de Gille-Éric Séralini sur le Comité de recherche et d'information indépendantes sur le génie génétique (en ligne) [archive].
    9. On pourra consulter sa biographie sur le site du CRIIGEN. [archive].
    10. « Pesticides : vers le risque zéro » [archive], sur http://www.senat.fr [archive], 12 juin 2012 (consulté le 6 avril 2013).
    11. « L’ethnobotanique savoirs d’hier médecine de demain » [archive], juin 2008 (consulté le 6 avril 2013).
    12. « Voir le site » [archive], sur http://www.ecologgia.fr [archive] (consulté le 6 avril 2013).
    13. Témoignage de Joël Sternheimer lors du procès sur l'éradication du varron [archive].
    14. Avis opposé [archive].
    15. Voir : « Le monde s’est-il créé tout seul ? » [archive].
    16. Voir : « Jean-Marie Pelt, un regard chrétien sur l’écologie » [archive].
    17. a et b site internet de l'Académie. [archive].
    18. a et b en ligne. [archive].
    19. Programme du colloque. [archive].
    20. Site Internet du Festival Sciences et Fictions [archive] (voir archive)
    21. (fr) « Articles de presse - Centre Jean-Marie Pelt » [archive], sur le site du Centre Jean-Marie Pelt (consulté le 23 octobre 2016)
    22. (fr) [PDF] « Dossier de presse » [archive], sur le site du Jardin botanique de Nancy (consulté le 31 mai 2016)

    Voir aussi[modifier | modifier le code]

    Sur les autres projets Wikimedia :

    Article connexe[modifier | modifier le code]

    Liens externes[modifier | modifier le code]

     

     

     

     

    Né le : 24 octobre 1933 à 07h00
    à : Rodemack (57) (France)
    Soleil : 0°25' Scorpion AS : 8°28' Scorpion
    Lune : 8°52' Capricorne MC : 21°04' Lion
    Dominantes : Scorpion, Sagittaire, Cancer
    Soleil, Pluton, Saturne
    Maisons 2, 12, 9 / Eau, Feu / Fixe
    Astrologie Chinoise : Coq d'Eau
    Numérologie : chemin de vie 5
    Popularité : 8 248 clics, 7 351e homme, 11 947e célébrité

     

     

     

     


  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :