• Née un 15 mai, Arletty, merveilleuse actrice Taureau ascendant Bélier

    http://www.astrotheme.fr/portraits/ff45d5g3X9Bg.htm

     

    Biographie d'Arletty

    Arletty, pseudonyme de Léonie Bathiat, née le 15 mai 1898 à Courbevoie (Hauts-de-Seine), comme l'écrivain Céline qu'elle connaissait, et morte le 23 juillet 1992 à Paris, était une actrice française.

    Son rôle assurément le plus marquant, et le point culminant de sa carrière d'actrice, reste sans conteste son interprétation de Garance dans Les Enfants du paradis (1943), de Marcel Carné, sous la direction duquel elle a tourné quatre autres films. Cette interprétation a parfois été qualifiée de « lumineuse », ce qui pourrait tenir tant du jeu de l'actrice que du traitement particulier des éclairages mis en place par Roger Hubert, directeur de la photographie du film.



    Elle est la fille de Michel Bathiat, chef du dépôt des tramways de Courbevoie et de Marie Dautreix, blanchisseuse. Elle fait de bonnes études dans une institution privée, puis entreprend d'étudier la sténographie chez Pigier. La guerre de 1914 fauche sur le champ de bataille son premier amour qu'elle surnommait « Ciel », à cause de la couleur de ses yeux. En 1916, son père meurt, écrasé par un tramway. Arletty, son frère et sa mère se trouvent alors expulsés du dépôt.



    Arletty se laisse alors séduire par un banquier, de confession israélite, Jacques Georges Lévy. Ils ont le meme âge. Il lui fait connaitre le théâtre et la plus haute société parisienne. Lorsqu'elle le quitte, elle rencontre Paul Guillaume, le marchand de tableaux qui révéla Picasso, Modigliani, Soutine. Elle est ensuite recommandée au directeur du petit Théâtre des Capucines. Elle était mannequin chez Poiret sous le pseudonyme d'Arlette, elle devient Arletty pour jouer dans des revues où la fantaisie et le luxe sont de mise.


    Elle débute au cinéma en 1930, dans La Douceur d'aimer, auprès de Victor Boucher. Dès 1931, elle se distingue dans un premier rôle dans le ravissant film de Jean Choux Un chien qui rapporte. Sa carrière théâtrale prend un tournant décisif dans Un soir de réveillon, aux Bouffes-Parisiens, avec Henri Garat, Dranemetr Koval. Elle joue ensuite dans une opérette de Sacha Guitry, sur un livret de Reynaldo Hahn. Puis c'est Le Bonheur mesdames avec Michel Simon, joué près de cinq cents fois sans interruption, malgré leurs désaccords successifs.

    Jacques Prévert et Marcel Carné lui offrent au cinéma ses plus beaux rôles. Mais il faut mentionner un film de Carné-Jeanson, Hôtel du Nord qui la rend célébrissime et la fait entrer de son vivant dans la légende du Paris populaire. « Atmosphère, atmosphère ! Est-ce que j'ai une gueule d'atmosphère ? » lance-t-elle à Louis Jouvet, du haut d'une passerelle qui enjambe le canal Saint-Martin.

    Après la Libération, Arletty est arrêtée en raison d'une liaison qu'elle avait entretenue avec un officier allemand, ils s'étaient connus en 1938. Elle est internée quelques jours à Drancy puis à Fresnes. Libérée, on lui conseille de quitter Paris. Elle trouve refuge pour soixante quinze semaines au château de La Houssaye-en-Brie, chez des amis. La chronique rapporte une parole (peut-être apocryphe) selon laquelle elle aurait rétorqué à un juge d'instruction qui lui demandait des nouvelles de sa santé : « Pas très résistante ! »

    En 1966 elle perd la vue mais pas sa verve. Et disparait donc de l'écran, "On ne peut pas jouer sans voir son partenaire, ça n'a pas de sens." Mais prête sa voix pour différents reportages, etc. Pour en savoir plus sur l'actrice, on peut se procurer La défense livre autobiographique publié en 1971.

    Citations
    "Je place le poète au dessus de tout. Rien dans les mains, rien dans les poches."
    "Je pardonne les offenses qui me sont faites, pas celles faites à mes amis."
    "Les français confondent "homme grand" et "grand homme".
    " Le cerveau est une cinémathèque permanente. Nous disposons de milliers de kilomètres de films que nous projetons à notre fantaisie en noir et blanc, en couleur, en relief.
    « Je n'ai pas été élevée, je me suis élevée. »
    « Cacher son âge, c'est supprimer ses souvenirs. »
    « L'amour peut se passer d'estime, pas l'amitié. »
    À ceux qui lui reprochaient d'avoir eu un amant allemand durant la seconde guerre mondiale : « Si mon cœur est français, mon cul est international. »
    « Des rides, je n'en ai qu'une seule, et je suis assise dessus. »

    Filmographie complète
    acteurs et actrices

    A B C D E F G H I J K L M N O P Q R S T U V W X Y Z
    1930 La Douceur d'aimer de René Hervil : Une dactylo
    1931 Un chien qui rapporte de Jean Choux : Josyane Plaisir
    1932 Enlevez-moi de Léonce Perret : Lulu
    1932 Une idée folle de Max de Vaucorbeil : Anita, une danseuse
    1932 La Belle aventure de Reinhold Schunzel et Roger Le Bon : Mme Desminières
    1933 Je te confie ma femme de René Guissart : Totoche
    1933 Le voyage de Monsieur Perrichon de Jean Tarride : Anita
    1933 Un soir de réveillon de Karl Anton : Viviane
    1933 La Guerre des valses de Ludwig Berger, Raoul Ploquin : La chocolatière
    1934 Pension Mimosas de Jacques Feyder : Parasol
    1934 Le Vertige de Paul Schiller : Emma
    1935 La Garçonne de Jean de Limur : Niquette
    1935 Amants et voleurs de Raymond Bernard : Agathe
    1935 La Fille de madame Angot de Jean-Bernard Derosne : Mme Ducoudray
    1935 Aventure à Paris de Marc Allégret : Rose de Saint-Leu
    1936 Le Mari rêvé de Roger Capellani : Ève Roland
    1936 Faisons un rêve de Sacha Guitry : Participation dans le prologue du film
    1936 Messieurs les ronds de cuir d'Yves Mirande : La belle-sœur de La Hourmerie
    1936 Feu la mère de madame - court métrage de Germain Fried : Yvonne, l'épouse de Lucien
    1936 Mais n'te promène donc pas toute nue - court métrage de Léo Joannon : Clarisse Ventroux
    1937 Mirages ou Si tu m'aimes d'Alexandre Ryder : Arlette
    1937 Désiré de Sacha Guitry : Madeleine, la femme de chambre
    1937 Aloha, le chant des isles de Léon Mathot : Ginette
    1937 Les Perles de la couronne de Sacha Guitry et Christian-Jaque : La reine d'Ethiopie
    1938 Hôtel du Nord de Marcel Carné : Mme Raymonde, la prostituée
    1938 La Chaleur du sein de Jean Boyer : Bernadette, la plus jeune mère
    1938 Le Petit Chose de Maurice Cloche : Irma Borel
    1939 Circonstances atténuantes de Jean Boyer : Marie-Jeanne dite « Marie qu'a d'ça »


    1939 Fric-Frac de Claude Autant-Lara et Maurice Lehmann : Loulou


    1939 Le jour se lève de Marcel Carné : Clara, la partenaire de Valentin
    1940 Tempête de Dominique Bernard-Deschamps : Ida Maulaincourt
    1941 Madame Sans-Gêne de Roger Richebé : Catherine Hubscher, blanchisseuse
    1942 Boléro de Jean Boyer : Catherine, l'amie d'Anne-Marie
    1942 Les Visiteurs du soir de Marcel Carné : Dominique, troubadour dépéché par le diable
    1942 L'Amant de Bornéo de Jean-Pierre Fzydeau et René Le Hénaff : Stella Losange, artiste en renom
    1942 La femme que j'ai le plus aimée de Robert Vernay : La Divette, la locataire
    1942 La Loi du 21 juin 1907 - court métrage de Sacha Guitry : Gertrude
    1943 Les Enfants du paradis - première époque Le boulevard du crime de Marcel Carné : Garance, la beauté
    1943 Les Enfants du paradis - deuxième époque L'homme en blanc de Marcel Carné : Garance, la beauté
    1948 La Fleur de l'âge - film inachevé de Marcel Carné
    1948 Madame et ses peaux-rouges (Buffalo Bill et la bergère) - film inachevé de Serge T. de Laroche
    1949 Portrait d'un assassin de Bernard-Roland : Marthe
    1950 Georges Braque - documentaire d'André Bureau : Arletty assure le commentaire
    1951 L'Amour, Madame de Gilles Grangier : Elle-même
    1951 Gibier de potence de Roger Richebé : Mme Alice
    1953 Le Père de Mademoiselle de Marcel L'Herbier et Robert-Paul Dagan : Edith Mars
    1954 Le Grand jeu de Robert Siodmak : Mme Blanche
    1954 Huis clos de Jacqueline Audry : Inès
    1954 L'Air de Paris de Marcel Carné : Blanche Le Garrec


    1956 Mon curé chez les pauvres d'Henri Diamant-Berger : Nine, l'épouseuse
    1956 Vacances explosives de Christian Stengel : Arlette Bernard
    1957 Le Passager clandestin de Ralph Habib : Gabrielle, l'amie de Lotte
    1958 Et ta sœur de Maurice Delbez : Lucrèce du Boccage


    1958 Un drôle de dimanche de Marc Allégret : Juliette Harmier
    1958 Maxime d'Henri Verneuil : Gazelle


    1959 Paris la belle - court métrage documentaire de Pierre Prévert et Marcel Duhamel : Arletty assure le commentaire
    1960 Les Primitifs du XIIIè - court métrage documentaire de Pierre Guilbaud : Arletty assure le commentaire
    1961 Les Petits Matins ou Mademoiselle stop de Jacqueline Audry : Gabrielle la maîtresse de Rameau
    1962 La Loi des hommes de Charles Gérard : La comtesse
    1962 La Gamberge de Norbert Carbonnaux : La mère d'Albert
    1962 Le Jour le plus long (The Longest day) de Ken Annakin et Andrew Marton : Mme Barrault
    1962 Tempo di Roma de Denys de La Patellière : Cri-cri
    1962 Le Voyage à Biarritz de Gilles Grangier : Fernande
    1967 Dina chez les rois - court métrage documentaire de Dominique Delouche : Arletty assure le commentaire et lecture d'un poème
    1977 Jacques Prévert - moyen métrage documentaire de Jean Desvilles : Voix d'Arletty et témoignages
    1985 Carné, l'homme à la caméra - documentaire de Christian-Jaque : Voix de la caméra

    Complément filmographique
    En outre on peut voir et entendre Arletty dans les titres suivants :

    1977 : A perte de vie...Jacques Prévert - Documentaire pour la télévision de Georges Ferraro : Témoignage d'Arletty
    1977 : Ciné Follies - Film de montage de Philippe Collin avec des extraits de comédies musicales
    1981 : Notre Dame de La Croisette - Documentaire de Daniel Schmid - Avec des images d'archives
    1987 : Arletty sur Seine, documentaire de Michel Ayats. Dernière apparition d'Arletty. Avec les témoignages de Micheline Boudet, Michel Souvais, Jean-Claude Brialy, Cartero.
    1988 : Arletty raconte Arletty - Documentaire pour la télévision de Moïse Maatouk : Témoignage d'Arletty
    1990 : Ne m'oubliez pas : Hommage à Bernard Blier - Documentaire pour la télévision de Mathias Ledoux : Témoignage d'Arletty
    1991 : Nylon Blues - Documentaire de Françoise Levic - Avec des images d'archives
    1997 : On connaît la chanson d'Alain Resnais - On peut entendre Arletty chanter Et le reste
    Dans certaines filmographies, on peut relever deux titres avec Arletty dont je demande confirmation. Il s'agit de :
    Mademoiselle Josette ma femme de Karl Anton en 1933
    Un fil à la patte de Karl Anton en 1933

    Bibliographie

    Autobiographie
    Arletty : La Défense, Éditions de la Table ronde, Paris, 1971

    Biographies
    Je suis comme je suis, suite de ses mémoires sous la forme d'une conversation avec son secrétaire et ami Michel Souvais, Éditions Vertiges du Nord / Carrère, Paris, 1987, ISBN 2-86804-404-2.
    Michel Souvais, Arletty, confidences à son secrétaire, Éditions Publibook, Paris, septembre 2006.

    Née le : 15 mai 1898
    à : Courbevoie (92) (France)
    Soleil : 24°16' Taureau
    Lune : 21°45' Poissons
    Ascendant : 17°11' Bélier
    Milieu du Ciel : 7°23' Capricorne
    Numérologie : chemin de vie 1
    Popularité sur Astrotheme : 3555
    Biographie d'Arletty

    Arletty, pseudonyme de Léonie Bathiat, née le 15 mai 1898 à Courbevoie (Hauts-de-Seine), comme l'écrivain Céline qu'elle connaissait, et morte le 23 juillet 1992 à Paris, était une actrice française. Son rôle assurément le plus marquant, et le point culminant de sa carrière d'actrice, reste sans conteste son interprétation de Garance dans Les Enfants du paradis (1943), de Marcel Carné, sous la direction duquel elle a tourné quatre autres films. Cette interprétation a parfois été qualifiée de ...

    Cliquez sur la barre du coeur pour voir la carte du ciel

    Tags Tags : , ,
  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :