• Pleine Lune du 17 décembre 2013 Géàcentrique et Héliocentrique

    "Un petit garcon joufflu sur un cheval de bois"

    25 DEGRE SAGITTAIRE

    UNE PLEINE LUNE QUI EST ECLAIREE PAR UN SOLEIL TRAVERSANT L'ESPACE ENTRE LES  25 ET 26  DEGRES SAGITTAIRE

    AU 25 DEGRE SAGITTAIRE,  LE SOLEIL VA PERMETTRE AUX HUMAINS D'AGIR DANS LE BUT DE RECEPTIONNER UNE ENERGIE TRANSCENDANTALE, CECI  EN DOUCEUR, DANS LA JOIE DU JEU ,  POUR AU 26 DEGRE S'EN SERVIR POUR AFFIRMER SANS CRAINTE UN IDEAL HUMANITAIRE

     

     Pleine Lune du 17 décembre 2013 Géàcentrique et Héliocentrique

     

    CARTE DU CIEL DE LA PLEINE LUNE HELIOCENTRIQUE

    qui dessine un magnifique cerf volant tendu sur l'axe Pluton Jupiter et ouvrant ses ailes sur l'axe Saturne Sorpion Chiron Poissons

    SIGNANT UNE ENVOLEE DE LA TRANSFORMATION ALCHIMIQUE DE L'ORGANISATION DES HUMAINS SUR TERRE PORTES PAR UNE SPIRITUALITE COMPASSIONNELLE DE PLUS EN PLUS PUISSANTE

    Pleine Lune du 17 décembre 2013 Géàcentrique et Héliocentrique

    CARTE DU CIEL DE LA PLEINE LUNE GEOCENTRIQUE, PLEINE LUNE TRES ALCHIMIQUE AU NIVEAU ORGANISATIONNEL , PUISQUE MARQUEE PAR PLUTON A L'ASCENDANT CAPRICORNE

    PREPARANT  UN SOLSTICE D'HIVER DE TRANSFORMATION PUISSANTE

    LA LUNE TRANSITANT EN GEO ENTRE LES 25 2T 26 DEGRES GEMEAUX VA SOUTENIR CETTE MONTEE D'ENERGIE D'AFFIRMATION HUMANISTE DE LA CONSCIENCE COLLECTIVE EN CRANT UN PROFOND BESOIN DE MAITRISE DE L'EXPANSION PROLIFIQUE TRES JUPITERIENNE DE LA NATURE SUIVI D'UN PROFOND BESOIN DE LA CANALISER DANS DES STRUCTURES MENTALES ARCHETYPIQUES , SOUPLES , PERMETTANT DINTEGRER A LA ONSIENE LE SOUFFLE RYTHMIQUE FONDAMENTAL DE L'UNIVERS

    NOUS SOMMES MOBILISE-ES PAR UN PROFOND BESOIN DE TAILLER LES ARBRES DE NOS CONSCIENCES POUR MIEUX EN DISTINGUER L'ESSENCE DANS LA RIGUEUR DU CIEL HIVERNAL, SOBRE ET DENUDE

     

    CETTE ACTIVATION DE L'AXE GEMEAUX SAGITTAIRE A LIEU SUR LA FIN DES  MAISONS 5 /11,  DEBUT DES MAISONS  DOUZE ET SIX,

    CREATIVITE ET CO CREATIVITE ABOUTISSENT A UNE CREATION A CARACTERE UNIVERSELLE POUVANT SERVIR UNE UNION HARMONIEUSE DES PROJETS

    Il convient de noter le superbe triangle d'eau de guerison chironnienne soutenu par Jupiter et Saturne et porte aussi, par deux superbes quinconces, le quinconce est un aspect de transcendance ne l'oublions pas *  

    Le quinconce que font, conjoints, le Soleil et Mercure, en maison 12 à Jupiter Lilith en CANCER en maison 7 et le quinconce que  fait Neptune Poisson conjoint Chiron à Mars Balance en maison huit dans laquelle pas moins de trois planetes bien feminines l'accompagnent : Ceres et Vesta, qui lui ouvrent les portent en Balance et Pallas qui energetise la pointe de cette maison en Vierge,  ayant échanger la maitrise de son domiile pour ce cycle avec Ceres , la transcendance de la sororité est très puissante dans cette carte ! Junon en maison un est interceptée en verseau , maitresse au feminin de ce ciel Sagittaire, elle nous  en donne le LA solidaire  , encadrée par Neptune et Venus !

    Sur le 23 degré Verseau , Junon appele a la maitrise des instints grace à l'exercie judicieux et approprié de nos facultés individuelles et du respect de notre essence divine, maison 1

    C'est donc une alchimie très féminine et compassionnelle qui est en oeuvre, très reliée à Pacha Mama,  qui va continuer à faire avancer la Terre et ses populations vers une veritable démocratie

     

     * Il est aussi très interessant de noter comment le triangle d'eau est très exactement traversé par l'axe fond du ciel , milieu du ciel , lui même coupé d'une façon remarquablement géométrique par les deux quinconces énoncés !

    L'envolée alchimique puissante dans les deux cartes du ciel est fortement accentuée en geo par la présence de Saturne Scorpion en plein Milieu du ciel , fin maison neuf , celle de la pensée collective très sagittairienne , orientée , en Scorpion, sur la transformation des structures sociales ; c'est la fin du capitalisme qui continue d'être ébranlé sous les énormes vagues de compassion neptuniennes qui soulèvent les peuples qui se libèrent peu à peu de leurs craintes d'esclaves prenant conscience de leur propre puissance solidaire

     

     

     

     


    votre commentaire
  •  

     

    Sagittaire ascendant Lion solidement ancré dans la Terre du Capricorne où il acceuille Venus Capricorne et une interessante conjonction Uranus Mercure qui vont lui donner la capacité de canalisersa creation artistique, essence même de son ascendant Lion affirmer sous la plume humanitaire d'un passionné Sagittaire engagé sur la voie de l'humanisme , mais un humaniste avant gardiste par sa franchise en matière d'homo sexualité

     

    Ce recul sentimental que lui donne sa Vénus Capricorne fait de lui un pionnier de l'analyse psychologique sur les effets de la sexualité sur les gouvernants 

    Cette libération de la parole par l'écriture poétique est soutenue par Pluton en Gémeaux et  donne à Jean Genet  une singularité fort appréciée des courants litteraires libérateurs de sa génération

     

     

     

     

     

     

    Biographie de Jean Genet

     

     

    Jean Genet (Paris, 19 décembre 1910 - id., 15 avril 1986) est un écrivain, poète, et auteur dramatique français. Par une écriture raffinée et riche, Jean Genet exalte la perversion, le mal et l'érotisme à travers la célébration de personnages ambivalents au sein de mondes interlopes.

    De père inconnu (il s'appelait Blanc en fait d'après les archives de l'Assistance publique), abandonné à la naissance par sa mère, le jeune Jean Genet est envoyé dans une famille nourricière du Morvan. Cette région, véritable « laiterie » de la France au début XXe siècle, regroupe alors une grande proportion des familles mandatées par l'Assistance Publique pour recueillir et élever les enfants abandonnés de la IIIe République.

    La famille adoptive de Genet lui offre l'éducation communale, une mère de lait douce et aimante, un environnement protégé. L'enfant y est heureux, bon élève et enfant de chœur, mais réservé et taciturne. De cette époque remontent les premiers émois masculins de Genet, en la personne du petit Lou Culafroy — qui deviendra plus tard Divine, héros et ensuite héroïne de Notre-Dame-des-Fleurs — ainsi que d'hommes plus âgés, braconniers de passage ou marginaux égarés. Il obtient la meilleure note de sa commune au certificat d'études primaires

    Il commet son premier vol à l'âge de 10 ans. C'est l'acte fondateur de la mythologie de Genet qui, fustigé pour son acte, donne un change très existentialiste en sanctifiant son geste, revendiquant ainsi une antisocialité profonde. Il fugue et, à 13 ans, est séparé d'office de sa famille d'adoption pour suivre une formation de typographe. Fuguant à nouveau, il est enfermé dans la colonie pénitentiaire de Mettray, où se cristallisent ses tentations homosexuelles ainsi que toute la liturgie de domination/soumission, la hiérarchie masculine et virile et la féodalité brutale qui en découlent aux yeux de Genet.

    Il quitte les lieux à 18 ans, s'engage dans la légion étrangère. Il découvre pour la première fois l'Afrique du Nord, le Proche-Orient, qui lui laissent une très forte impression de par les passions qui y règnent, le charisme mâle et volontaire de ses habitants, les tourments des peuples opprimés par la France colonisatrice. Revenu à Paris, vivant de petits larcins (dont le vol de livres), Genet fréquente plusieurs prisons, dont la maison d'arrêt de Fresnes.

    Il y écrit ses premiers poèmes et ses quelques ébauches de roman, sans cesse reprises, refondues, rejetées. Genet est un perfectionniste, un éternel insatisfait, un obsédé de la beauté du mot. Lui qui sacralise le geste, la signification de l'acte, n'admet la viabilité du verbe que lorsque il est beau, puissant, racé.

    Ses premiers romans paraissent. Censurés, car jugés pornographiques, ils se distribuent sous le manteau. Le journal du voleur décrit ses errances adolescentes hors de France. Le miracle de la rose met en parallèle ses années de prison et sa fascination pour un assassin avec ses années à la colonie de Mettray. Notre-Dame-des-Fleurs évoque l'enfance et les créatures ambiguës de la nuit homosexuelle parisienne du Paris d'avant-guerre. Dans "Pompes funèbres" (1947), Jean Genet propose une vision homoérotisée d'Hitler, ainsi qu'un regard poétique sur les rapports qu'entretiennent la violence nazie et l'attirance sexuelle.

    Cocteau et Sartre encensent ce mauvais garçon de la scène littéraire française et le considèrent comme le génie de leur temps. Cocteau le sauve de la prison à perpétuité et Sartre se met à écrire une œuvre sur lui (Saint Genet, comédien et martyr), en faisant l'exemplum de sa philosophie existentialiste. Ce livre déprimera profondément Genet.

    Genet, au faîte de sa gloire parisienne, fréquente Sartre, Simone de Beauvoir, Alberto Giacometti, Henri Matisse, Brassaï. Il entame une carrière de dramaturge ; précédées par sa réputation et son odeur de scandale, ses pièces sont des succès, contrastant avec un accueil critique très ambivalent et une diffusion longtemps confidentielle. Les plus grands metteurs en scène montent ses premières pièces: Roger Blin monte Les Nègres puis Les Paravents.

    Le propos de Genet se fait plus engagé, la politique le titille. Il élève la voix contre la tyrannie blanche, la domination occidentale, l'état déplorable dans lequel la France abandonne ses anciennes colonies.

    Abandonnant quelque temps l'écriture, il se consacre à des combats marginaux, souvent d'extrême gauche : Black Panthers (qu'il rencontre et soutient dès 1970) aux États-Unis, les Palestiniens de l'OLP (il y rencontre Yasser Arafat et Leïla Chahid en septembre 1982, et est le premier Occidental à pénétrer dans Chatila, après les massacres perpétrés par les milices chrétiennes, alliées de l'armée israélienne du commandant Ariel Sharon). Il en tire son texte politique majeur Quatre heures à Chatila). Il est aussi connu pour ses propos antisémites qui ont suscité maints commentaires, banalisants de Sartre, ou très critiques de la part de nombres d'intellectuels qui mettaient notamment en cause ses propos sur Hitler (.

    Il revient plus tard au théâtre, puis à l'écriture romanesque. Le décès de son compagnon, Abdallah (qui lui a inspiré le poème Le funambule) et sa toxicomanie aux barbituriques mettent à mal son mode de vie d'errance. Genet, jusqu'à la fin, vit dans des chambres d'hôtel sordides, souvent près des gares, ne voyageant qu'avec une petite valise remplie de lettres de ses amis et de manuscrits.

    Les combats politiques l'occupent jusqu'à la fin de sa vie, prenant systématiquement fait et cause pour les opprimés, les faibles, les pauvres oubliés de la richesse du monde.

    Le 15 avril 1986, rongé par un cancer de la gorge, l'écrivain fait une mauvaise chute la nuit dans une chambre d'hôtel parisienne et se tue. Jean Genet vient de mourir comme il avait vécu, dans l'errance et la solitude. Il est enseveli au vieux cimetière espagnol de Larache au Maroc.


    Anecdotes
    Jean Genet est né en 1910 et décédé en 1986, or ces deux années sont celles des deux derniers passages de la Comète de Halley à proximité de la terre.
    Le chanteur japonais d'acid-folk Kazuki Tomokawa a écrit une chanson en hommage à Jean Genet sur son album Erise No Me (en français : Les yeux d'Élise) ; il s'agit de la chanson Jean Genet ni Kike. Une chanson a également été écrite par Cocorosie : 1910 ou Beautiful Boyz, sur l'album Noah's Ark.
    Le chanteur Nicolas Bacchus (Nicolas Bages) a mis en musique le poème "Cayenne" de Genet, écrit en 1939 à la prison de St Brieuc. Le titre figure sur le premier album "Coupe d'immonde" et le poème est lisible sur le site du chanteur. (http://www.nicolas-bacchus.com/index.php?page=chanson)

    Œuvre
    Autobiographie
    Journal du voleur (1949). Le manuscrit de cette œuvre s'est vendu en mars 1999 pour la somme de 259 000 euros.
    Romans
    Notre-Dame-des-Fleurs (1944)
    Miracle de la rose (1946)
    Pompes funèbres (1947)
    Querelle de Brest (1947)
    Théâtre
    Les Bonnes (1947)
    Haute surveillance (1949)
    Le Balcon (1956)
    Les Nègres (1959)
    Les Paravents (1961)
    "Elle" (1989, édition posthume)
    Splendid's (1993, édition posthume)
    Le Bagne (1994, édition posthume)
    Récits
    Un captif amoureux (1986)
    Film
    Un chant d'amour (1950), avec un baiser de fumée
    Textes et entretiens
    L'ennemi déclaré (1991)
    Poésie
    Le Condamné à mort (1942)
    Extrait :

    Sur mon cou sans armure et sans haine, mon cou
    Que ma main plus légère et grave qu’une veuve
    Effleure sous mon col, sans que ton cœur s’émeuve,
    Laisse tes dents poser leur sourire de loup.

    Ô viens mon beau soleil, ô viens ma nuit d’Espagne,
    Arrive dans mes yeux qui seront morts demain.
    Arrive, ouvre ma porte, apporte-moi ta main,
    Mène-moi loin d’ici battre notre campagne.

    Le ciel peut s’éveiller, les étoiles fleurir,
    Ni les fleurs soupirer, et des prés l’herbe noire
    Accueillir la rosée où le matin va boire,
    Le clocher peut sonner : moi seul je vais mourir.

    Ô viens mon ciel de rose, ô ma corbeille blonde !
    Visite dans sa nuit ton condamné à mort.
    Arrache-toi la chair, tue, escalade, mords,
    Mais viens ! Pose ta joue contre ma tête ronde.

    Nous n’avions pas fini de nous parler d’amour.
    Nous n’avions pas fini de fumer nos gitanes.
    On peut se demander pourquoi les Cours condamnent
    Un assassin si beau qu’il fait pâlir le jour.

    Amour viens sur ma bouche ! Amour ouvre tes portes !
    Traverse les couloirs, descends, marche léger,
    Vole dans l’escalier plus souple qu’un berger,
    Plus soutenu par l’air qu’un vol de feuilles mortes.

    Ô traverse les murs ; s’il le faut marche au bord
    Des toits, des océans ; couvre-toi de lumière,
    Use de la menace, use de la prière,
    Mais viens, ô ma frégate, une heure avant la mort.

    Pardonnez-moi mon Dieu parce que j’ai péché !
    Les larmes de ma voix, ma fièvre, ma souffrance,
    Le mal de m’envoler du beau pays de France,
    N’est-ce pas assez, mon Seigneur, pour aller me coucher.

    Trébuchant d’espérance
    Dans vos bras embaumés, dans vos châteaux de neige !
    Seigneur des lieux obscurs, je sais encore prier.
    C’est moi, mon père, un jour, qui me suis écrié :
    Gloire au plus haut du ciel au Dieu qui me protège,
    Hermès au tendre pied !

    Je demande à la mort la paix, les longs sommeils,
    Le chant des séraphins, leurs parfums, leurs guirlandes,
    Les angelots de laine en chaudes houppelandes,
    Et j’espère des nuits sans lunes ni soleils
    Sur d’immobiles landes.

    Ce n’est pas ce matin que l’on me guillotine.
    Je peux dormir tranquille. À l’étage au-dessus
    Mon mignon paresseux, ma perle, mon Jésus
    S’éveille. Il va cogner de sa dure bottine
    À mon crâne tondu.


    Bibliographie
    Jean-Luc A. d'Asciano, Petite mystique de Jean Genet, la famille, la mort, le pardon, Éd. L'œil d'or, Paris, 2007.
    Claude Bonnefoy, Jean Genet, Éd. universitaires, Paris, 1965.
    Roland Caillaux, vingt Lithographies pour un livre que j'ai lu (à propos de Notre-Dame-Des-Fleurs de Jean Genet. Dessins refusés par l'auteur). Lille: QuestionDeGenre/GKC, 1996.
    Mohamed Choukri, Jean Genet et Tennessee Williams à Tanger, Quai Voltaire, Paris, 1992.
    Jean Cocteau, Le Passé défini, 3 vol., Gallimard, Paris, 1983.
    Marc Dambre, « Journal du voleur » de Jean Genet, Gallimard foliothèque, Paris, 2000.
    Jacques Derrida, Glas, Galilée, Paris, 1974.
    Albert Dichy & P. Fouché, Jean Genet, essai de chronologie, 1910-1944, Bibliothèque de littérature française contemporaine, université de Paris-VII, I.M.E.C., Paris, 1988.
    Aïcha El Basri, L’Imaginaire carcéral de Jean Genet, L’Harmattan, Paris, 1999.
    Didier Eribon, Une morale du minoritaire. Variations sur un thème de Jean Genet, Fayard, Paris, 2001.
    Jane Giles, Un chant d'amour. Le cinéma de Jean Genet, Macula, Paris, 1993.
    J.A. Gitenet, Réflexions sur l'univers homosocial dans Splendid's de Jean Genet. L'homme divisé, L'Harmattan, Paris, 2002.
    J.A. Gitenet, Jean Genet:problématique des masculinités dans Haute Surveillance. L'homme déplié, L'Harmattan, Paris, 2003.
    J.A. Gitenet, Le no man's land de l'image dans "Elle" de Jean Genet. L'homme disloqué, L'Harmattan, Paris, 2004.
    Juan Goytisolo, Les Royaumes déchirés, trad. J. Lacor, Fayard, Paris, 1988.
    Jérôme Hankins, Genet à Chatila, Solin, Arles, 1992.
    Mairéad Hanrahan, Lire Genet, une poétique de la différence, Presses universitaires de Montréal et de Lyon, Montréal et Lyon, 1997.
    Marie-Claude Hubert, L’Esthétique de Jean Genet, Liège, SEDES, 1996.
    Hédi Khelil, De l’extranéité à l’altérité, figures de l’écriture dans l’œuvre de Jean Genet, Academia Bruylant, Louvain-la-neuve, 2003.
    I. Jablonka, Vérités inavouables de Jean Genet, Seuil, Paris, 2004. ISBN 202067940X
    B.G Kennely, Unfinished Business:Tracing incompletion in Jean Genet's Posthumously Published Plays, Rodopi, Amsterdam, 1997.
    Hadrien Laroche, Le Dernier Genet, Seuil, Paris, 1997.
    Violette Leduc, La Folie en tête, Gallimard, Paris, 1970.
    Arnaud Malgorn, Jean Genet, qui êtes-vous ?, La Manufacture, Lyon, 1988.
    Jean Genet, portrait d’un marginal exemplaire, Gallimard Découvertes, Paris, 2002.
    A.B Marchand, Genet. Le joueur impénitent, Les Herbes rouges, Montréal, 1997.
    Kate Millett, La Politique du mâle (Sexual Politics, 1969), traduit par Élisabeth Gille, Stock, Paris, 1971, rééd. Seuil points actuel.
    Jean-Bernard Moraly, Jean Genet, la vie écrite, La Différence, Paris, 1988.
    Les Nègres au port de la Lune, Genet et les différences, ouvr. coll., ibid., 1988.
    Marie Redonnet, Jean Genet, le poète travesti, Grasset, Paris, 2000.
    Jean-Pierre Renault, Une enfance abandonnée : Jean Genet à Alligny-en-Morvan, La Chambre d’échos, Paris, 2000
    Jean-Paul Sartre, Saint Genet, comédien et martyr, Gallimard, Paris, 1952.
    Edmund White, Jean Genet, trad. P. Delamare, ibid., 1993.

    Notes et références
    ↑ Dans Saint Genet, comédien et martyr (1952), Sartre écrit : « Genet est antisémite. Ou plutôt il joue à l’être. »

    Source : Wikipedia

    votre commentaire
  • Né le 16 décembre 1917, Arthur.C.Clarke , Soleil Sagittaire, Lune Capricorne

    Né le : 16 décembre 1917 à 12h00 (inconnue)
    à : Minehead, Somerset (Royaume-Uni)
    Soleil : 23°59' Sagittaire    
    Lune : 21°10' Capricorne    
    Dominantes : Capricorne, Verseau, Lion
    Uranus, Saturne, Vénus
    Terre, Feu / Fixe
    Astrologie Chinoise : Serpent de Feu
    Numérologie : chemin de vie 1
    Popularité : 8 785 clics, 5 693e homme, 9 391e célébrité

     

       
    Les prédictions d'Arthur C.Clarke en 1976 :

     

    Télécharger « index.php?article=140 »


    Visionnaires (Arthur C. Clarke) par LPDE

     

    Né un 16 décembre, Arthur.C.Clarke

     


    votre commentaire
  • Née un 20 décembre, Keny ARKANA

    Keny Arkana née le 20 | décembre | 1982 à Boulogne-Billancourt , est une rappeuse française . Elle milite pour des causes proches de la ... suite  biographie       

    http://fr.wikipedia.org/wiki/Keny_Arkana

     

      

      La parfaite opposition complementaire urania uranus est remarquable tendue comme une fleche tirée de l'arc planetaire que forme le thème de Kéni !

    Une autre fleche très proche et tout aussi remarquable tirée du même arc de guerrière  dans le thème d'une Sagittaire c'est celle que fait Chiron Taureau à Jupiter Scorpion .... Aller déterrer les vraies causes de la douleur de Terre Mère en Scorpion pour les transformer dans l'espoir Jupiterien  et les guerir dans le concret Taureau, véritable mobilisation de cette jeune femme militant partout sur la planète pour un équilibrage des valeurs humaines afin que les enfants soient libérés de toutes leurs souffrances.

    Un arc puissament sous l'emprise des Transpersonnelles  Neptune, maitresse du Soleil auquel il est conjoint,  et Pluton Maitresse de Saturne Sur la fin Scorpion debut Sagittaire , appelant à tansformer les relations humaines pour un nouvel ideal de justice universelle .

    La Lune est le troisieme angle de cet arc  Triangle qui contient toutes les planetes personnelles concentrées toutes à viser cette guerison de la Terre Mere en liberant la parole par une expression reelle et franche ...


    votre commentaire
  •  

      

    "Le Soleil ne se couche jamais, c'est l'homme qui s'éloigne de la lumière"

    Peut on plus belle sitation pour un être né au solstice d'hiver , au moment ou les nuits etant les plus longues , il nous convient de nous plonger dans notre monde interieur pour nous rapprocher de la véritble lumière, celle du coeur ?

    N'est ce pas de la part d'un homme né dans l'énergie du solstice d'hiver la plus jolie définition que l'on peut donner à cette période de l'année dans laquelle les nuits sont les plus longues?

    THOMAS SANKARA ETAIT UN VISIONNAIRE DE LA DEMOCRATIE AFRICAINE

    IL L'A POSE PAR DES ACTES CONCRETS ET SIMPLES, DEMONTRANT QUE L'AFRIQUE POUVAIT DEVENIR AUTO SUFFISANTE ET CAPABLE DE S'ARRACHER AU COLIONALISME

     

      

      

     Droiture, justice , dévouement, dignité, intégrité , ceux sont là les belles valeurs développées pour répondre aux besoins d'une Lune Capricorne qui montre l'exemple de décroissance des gouverneurs pour la croissance du peuple. Conjointe à Mercure lui aussi en Capricorne , cette Lune a donné à Sankara un mental profondement en empathie avec les petites gens.

     

    Mercure sur le 15° Capricorne révèle une image on ne peut plus juste relativement aux discours historiques de Sankara :

    26° A 30° POISSONS

     

    Sankara aurait voulu être médecin, mais alimenter un peuple pauvre n'est il pas la plus belle des médecines de prévention , en changeant les mentalités par des discours très concrets sur la capacité locale à s'auto gérer ?

    "LA DYNAMIQUE SOCIO CULTURELLE DOIT REGARDER TANT EN DIRECTION DE L'AVENIR QUE DU PASSé."

    Elle a créé des conditions qui sont susceptibles de faire du tort aux enfants destinés à poursuivre sa tache ; aussi doit-elle remédier à cet état de fait en leur procurant amour et soins; sur un plan personnel on devrait prêter une grande attention à ses intuitions immédiates et à ses rêves d'essor futur . Ils représentent souvent une évolution fragile que la pression du quotidien peut facilement dévier ou détruire.

    Séquence 57/grade 5 : Voici la dernière étape de la SCENE XIX commencée avec des vigoureuses revendication du pouvoir socio-politique.

    L'exercice de ce pouvoir peut en effet créer des conditions sociales mettant en péril , au plan spirituel, le développement salutaire d'une communauté , et en particulier de ses enfants . Il est par conséquent indispensable de faire preuve d'une ATTENTION BIENVEILLANTE et, aussi bien, d'une aptitude à amenuiser les tensions destructrices de la vie sociale."

    Dane Rudhyar

    Mars un 28° vierge éclaire " Un homme chauve qui s'est emparé du pouvoir" !

    C'est un degré qui signe la force pure de la personnalité en des moments ou une décision s'impose .

    CECI EST ON NE PEUT MIEUX MIS EN MOUVEMENT PAR SANKARA et conjoint à Neptune en Balance, cette force de la personnalité est mise au service, Mars Vierge, d'un idéal collectif transcendant, Neptune Balance.

    Le Taureau, Vénus et la Maison 2

    BURKINA FASO LE PAYS DES HOMMES INTEGRES

    Thomas Sankara est un homme politique anti-impérialiste, panafricaniste et tiers-mondiste burkinabé. Il est né le 21 décembre 1949 à Yako en Haute-Volta et mort assassiné le 15 octobre 1987 à Ouagadougou au Burkina Faso.

    Il incarna et dirigea la révolution burkinabé du 4 août 1983 jusqu'à son assassinat lors d'un coup d'État qui amena au pouvoir Blaise Compaoré, le 15 octobre 1987. Il a notamment fait changer le nom de la Haute-Volta, issu de la colonisation, en un nom issu de la tradition africaine le Burkina Faso, le pays des hommes intègres et a conduit une politique d'affranchissement du peuple burkinabé. Son gouvernement entreprit des réformes majeures pour combattre la corruption et améliorer l'éducation, l'agriculture et le statut des femmes. Son programme révolutionnaire se heurta à une forte opposition du pouvoir traditionnel qu'il marginalisait ainsi que d'une classe moyenne peu nombreuse mais relativement puissante.

    L'héritage politique et « identitaire » de Thomas Sankara — tout comme ceux de Patrice Lumumba, Amílcar Cabral ou Kwame Nkrumah — est considérable en Afrique.

    Thomas Sankara était un « Peul-Mossi » issu d'une famille catholique. Son père était un ancien combattant et prisonnier de guerre de la Seconde Guerre mondiale. Il a fait ses études secondaires d'abord au lycée Ouezzin Coulibaly de Bobo-Dioulasso, deuxième ville du pays, puis à partir de la seconde et jusqu'au bac à Ouagadougou, au PKM, le Prytanée militaire du Kadiogo.

     Il a suivi une formation d'officier à l'Académie militaire d'Antsirabé, à Madagascar, et devint en 1976 commandant du CNEC, le Centre national d'entraînement commando, situé à Pô, dans la province du Nahouri, à 150 km au sud de la capitale. La même année, il se lie d'amitié avec Blaise Compaoré lors d'un stage d'aguerrissement au Maroc. Ensemble, ils fondent le Regroupement des officiers communistes (ROC) dont les autres membres les plus connus sont Henri Zongo, Boukary Kabore et Jean-Baptiste Lingani.

    En septembre 1981, il devient secrétaire d'État à l'information dans le gouvernement du colonel Saye Zerbo. Il démissionne le 21 avril 1982, déclarant « Malheur à ceux qui bâillonnent le peuple ! »

    Le 7 novembre 1982, un nouveau coup d'État portait au pouvoir le médecin militaire Jean-Baptiste Ouédraogo. Sankara devint Premier ministre en janvier 1983, mais fut limogé et mis aux arrêts le 17 mai, après une visite de Guy Penne, conseiller de François Mitterrand[1],[2],[3]. Le lien entre la visite de Guy Penne et l'arrestation de Sankara reste sujet à controverse, même si les soupçons d'une intervention française restent forts[4].

    Un nouveau coup d'État, le 4 août 1983, place Thomas Sankara à la présidence du Conseil national révolutionnaire. Il définit son programme comme anti-impérialiste, en particulier dans son « Discours d'orientation politique », écrit par Valère Somé. Son gouvernement retira aux chefs traditionnels les pouvoirs féodaux qu'ils continuaient d'exercer. Il créa les CDR (Comités de défense de la révolution), qui eurent toutefois tendance à se comporter en milice révolutionnaire faisant parfois régner une terreur peu conforme aux objectifs de lutte contre la corruption[5].

    Le 15 octobre 1987, Thomas Sankara fut assassiné lors d'un coup d'État organisé par celui qui était considéré comme son frère, Blaise Compaoré. Plusieurs jours plus tard, il fut déclaré « décédé de mort naturelle » par un médecin militaire. L'absence de tout procès ou de toute enquête de la part du gouvernement burkinabé a été condamnée en 2006 par le Comité des droits de l’homme des Nations unies (voir Haut-Commissariat des Nations unies aux droits de l'homme)[6]. Par ailleurs, le gouvernement français de l'époque (cohabitation entre Jacques Chirac qui gouverne et François Mitterrand qui préside) est soupçonné d'avoir joué un rôle dans cet assassinat, ainsi que plusieurs autres gouvernements africains gouvernés par des amis de la France[7]. Kadhafi pourrait être impliqué et avoir utilisé ce meurtre pour redevenir un ami de la France. C'est notamment la famille Sankara, réfugiée en France, qui soutient ces hypothèses.

    Cette hypothèse est aussi soutenue par la plupart des historiens africains[8],[5]. Si la décision de condamner l'absence d'enquête constitue une première mondiale dans la lutte contre l'impunité, elle est insuffisante, puisqu'elle n'a conduit à aucune condamnation. Thomas Sankara a été proclamé modèle par la jeunesse africaine au forum social africain de Bamako 2006 et au forum social mondial de Nairobi en 2007.

    Depuis le 28 décembre 2005, une avenue de Ouagadougou porte son nom, dans le cadre plus général d'un processus de réhabilitation décrété en 2000 mais bloqué depuis lors[9]. Diverses initiatives visent à rassembler les sankaristes et leurs sympathisants, notamment par le biais d'un comité national d'organisation du vingtième anniversaire de son décès, de célébrer sa mémoire, notamment par des manifestations culturelles, tant au Burkina Faso qu'en divers pays d'implantation de l'émigration burkinabé. En 2007, pour la première fois depuis 19 ans, la veuve de Thomas Sankara, Mariam Serme Sankara, a pu aller se recueillir sur sa tombe présumée lors des 20es commémorations à Ouagadougou[5].


    votre commentaire


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique